We Are Ready Now! | Un repas durable entre potes – Notre modèle
20394
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-20394,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-9.4,hide_inital_sticky,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive
 

Entre les publicités, l’offre de restaurants autour de chez moi, l’impressionnante diversité de produits au supermarché, les messages « mangez 5 fruits et légumes par jour », les différents labels, les potes qui mangent végétarien… je me sens un peu perdu quand c’est l’heure de passer à table ! Mais qu’y a-t-il vraiment derrière ce que je mets dans mon assiette ? Quel est l’état de notre alimentation aujourd’hui ?

L’évolution de nos modes d’alimentation

Bien qu’omniprésente au quotidien, l’alimentation ne figure plus parmi nos priorités, en effet, en France, on n’y consacre plus que 20% de notre budget(contre 35% en 1965) et on passe beaucoup moins de temps à cuisiner (diminution de 25% entre 1986 et 2010). Par ailleurs, un français sur 2 est concerné par un excès de poids, à l’échelle mondiale c’est presque 1/3 des adultes qui sont atteints de surpoids ou d’obésité ! Autre constat inquiétant, après une longue période de recul, la faim progresse à nouveau sous l’effet des conditions climatiques et de la multiplication des conflits.

Formation Jardinage

La Sauge ce n’est pas seulement une plante à tisanes, c’est la Société d’Agriculture Urbaine Généreuse et Engagée qui se donne pour objectif de te faire jardiner 2h par semaine. Si tu veux percer le mystère des mots “repiquer”, “bouturer” ou encore “grelinette” participe à leurs ateliers de jardinage et tu deviendra un as du jardinage urbain !

Les limites de nos moyens de production

La production agricole est-elle à la hauteur des enjeux que nous affrontons ? Malheureusement le bilan de l’agriculture dite « conventionnelle » n’est pas des meilleurs pour ne pas dire le contraire : épuisement des sols, appauvrissement de la biodiversité, diminution de la qualité nutritive, pollution des nappes phréatiques.. ! Et les coûts que représentent ces dommages pour notre santé et notre environnement sont assumés par la collectivité (autrement dit par nos impôts!)… un modèle à fort rendement ? Pas si évident donc si l’on comptabilise l’ensemble de ces coûts !
La profession agricole ne se porte pas bien non plus, tous les 2 jours, un agriculteur se suicide et chaque semaine plus de 200 fermes disparaissent et 1300 hectares sont recouverts de béton. (souvent au profit de projets controversés comme Europacity ou l’aéroport de Notre Dame des Landes)

Mon assiette et le climat

Et que vient faire le climat dans tout ça ? Et bien d’une part le changement climatique va affecter et affecte déjà la production agricole -pour te donner un exemple, les vins anglais pourraient bien devenir la référence d’ici 50 ans alors que certains vins français deviendraient trop sucrés et trop chargés en alcool du fait de la hausse des températures.
L’autre face du problème c’est que notre alimentation contribue largement à l’émission de gaz à effet de serre, en France l’alimentation des ménages émet davantage de gaz à effet de serre que les transports et le logement !

Si le gaspillage alimentaire était un pays, ce serait le troisième plus gros pollueur du monde derrière la Chine et les Etats Unis ! Un impact aussi impressionnant que la quantité de nourriture qui finit dans nos poubelles plutôt que dans nos assiettes -près d’un tiers de la production alimentaire mondiale.
En France, parmi les enjeux liés à notre alimentation, le gaspillage alimentaire est un des plus médiatisés ces dernières années et a même une journée dédiée (le 16 octobre). Espérons que cela contribuera à réduire les 29 Kg par personne et par an de denrées alimentaires actuellement gaspillées chez les particuliers !

Un bilan pas très rose me diras-tu, et si on s’arrêtait aux problèmes il y aurait de quoi faire une dépression !

Heureusement de nombreux citoyens, associations, entreprises, acteurs publics agissent chaque jour pour faire bouger les lignes et aller vers un système alimentaire “valable et durable” selon les mots de Christian Rémésy pour qui ce système comprendrait une offre alimentaire qui permette à toutes les couches de la population d’être bien nourries, des impacts écologiques faibles, un avenir de l’agriculture sauvegardé et le développement d’une économie verte.

Pour découvrir un échantillon des initiatives pour une alimentation plus durable, consulte notre page solutions !

Tu as d’autres alternatives de consommation en tête ? D’autres entreprises, associations ou restaurants ?

Contacte-nous  !