We Are Ready Now! | Fonctionnement
13383
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-13383,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-9.4,hide_inital_sticky,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive
 

Fonctionnement


Comment fonctionne le warn ?

Le WARN! : un mouvement

 

Le WARN! est un mouvement et non une association de sorte qu’il est porté par tout.e.s celles et ceux qui se reconnaissent dedans grâce à une gouvernance participative et horizontale. Le mouvement n’a donc ni conseil d’administration, ni directeur ou autre présidente. Il se co-construit au gré des motivations et des énergies sous la forme d’une “actioncratie”.

Le WARN! fait que le constat que nous sommes prêt.e.s à agir et qu’il suffit de se connecter et de porter ce message ensemble. Pas besoin de chef.fe pour ça.

Comment prenons-nous des décisions ?  


Les décisions stratégiques sont prises par consensus par les personnes qui se sentent impliquées dans le mouvement, durant les Super Week-ends Alternatifs à la Campagne (SWACs) qui ont lieu environ une fois par mois.
Les décisions importantes sont ensuite mises au vote via l’outil numérique Loomio qui entérine définitivement la décision.

Le comité de pilotage

Elles sont ensuite gérées par le comité de pilotage du mouvement appelé “le Warn Organise ses Projets (WOP)”. Il regroupe les référent.e.s de projets et les personnes en charge du support du WARN (communication, financement…). Ce comité ne prend donc pas de décision stratégique mais s’assure, notamment au travers de Loomio (une application de décision collaborative prise au consensus), que les décisions sont mises en place.
Ces personnes ne sont pas élues, elles ne s’engagent pas pour un mandat donné. Les référent.e.s rapportent leurs avancées durant les WOP et peuvent y demander conseil ou aide (notamment pour les financements et les appels à bénévoles).

Les projets du WARN!

Les projets sont autonomes et suivent le message du mouvement. Ils sont auto-gérés et représentés par des référent.e.s au WOP.
Bien sûr, certaines personnes sont plus impliquées que d’autres dans le mouvement et sont naturellement force de proposition au sein du mouvement. Ces personnes, souvent référentes, soumettent leurs propositions durant les SWACs afin de s’assurer qu’elles conviennent à l’ensemble du mouvement.

 

Groupes locaux

En plus de ses projets nationaux, le WARN! est animé par ses groupes locaux. Inscrits dans les plus grandes villes de France, ces groupes permettent aux WARNeur.se.s de se rencontrer et d’apprendre au travers d’apéros, d’organiser des projets locaux, et de faire connaître le mouvement lors d’évènements régionaux.

Coquille juridique 

Pour pouvoir faire fonctionner administrativement le mouvement, notamment au niveau financier, une association de soutien au WARN! a été créé.
Elle n’a aucun pouvoir sur le mouvement et sert uniquement à la gestion administrative, financière et des ressources humaines éventuelles (salarié.e.s, stagiaires et volontaires en service civique).
Cette association de soutien est composée de 3 membres pour les fonctions de président.e, trésorier.ère et secrétaire. La structure a notamment été la structure administrative principale durant la COY11.

« Nous on ne croit pas qu’il y ait de bonnes ou de mauvaises décisions.. »


Nos outils

Pour organiser un mouvement de manière horizontale, nous nous servons d’outils collaboratifs indispensables au bon fonctionnement des projets !
Certains sont libres (open source), d’autres un peu moins, mais tous tendent à ce que nous puissions travailler et avoir les bonnes infos au bon moment :

  • Framadate

    Équivalent libre de Doodle, les Framadate sont des sondage en ligne. Ils nous permettent de trouver la date la plus adéquate pour diverses réunions en fonction des disponibilités de chacun.e.

  • Loomio

    Outil de prise de décision par consensus en ligne, Loomio permet de dépasser le problème de la distance dans la prise de décision. Il permet aux membres du groupe WARN! d'émettre des proposition, de les soumettre à la discussion et, éventuellement, au vote. Chaque projet a un sous-groupe de discussion.

  • Slack

    Application de chat professionnel, Slack permet des discussions en groupe ou avec en direct avec une seule autre personne, sur des sujets généraux ou des thématiques spécifiques. Il est possible de le lier à d'autres logiciels de partage de documents ou de gestion des tâches. Très pratique pour se parler et surtout désengorger sa boîte de messagerie !

  • Google Drive

    Outil de gestion de projet indispensable pour du travail collaboratif à distance, Drive permet de partager des dossiers et des documents en ligne. Certes c’est Google mais cela nous permet d’avoir l'entièreté du WARN! sur un cloud et de pouvoir ainsi travailler de partout, ayant accès à toutes les infos.


Les financements

La majorité des actions et projets du WARN ne nécessitent pas de financements particuliers, ils se construisent au fil des réunions, rencontres, apéros, week-ends de préparation avec un souci de récup’ et de débrouillardise. Les WARNeur.se.s sont bénévoles à l’exception de certain.e.s volontaires en services civiques et des salarié.e.s (notamment pour la COY11). Depuis juin 2016, il n’y a plus de contrats en cours.

Financement public0%
Financement privé0%
Dons privés0%
Autres0%

Les projets qui nécessitent le plus de financements sont les WE WARN. Le WE WARN 2016 a nécessité un budget d’environ 10 000 euros (alimentation, transport, matériel…). 90% du week-end a été autofinancé par les participant.e.s via l’inscription à prix libre. Le reste provenait de subventions publiques.
Par ailleurs, les Supers Weekends Alternatifs à la Campagne (SWACs) fonctionnent également sur le prix libre des participant.e.s. Le mouvement a prévu une enveloppe de 200€ par SWAC est prévu au cas où ces participations libres ne suffisent pas.